Investissement locatif dans l’ancien

Investissement locatif dans l’ancien

21 mai 2021 0 Par Harry

En termes de rentabilité, ce n’est pas toujours l’investissement le plus attractif, d’autant plus que les travaux de réparation et les frais d’entretien quotidien doivent être supportés. Cependant, vous pouvez augmenter ce rendement grâce à certaines règles de bon sens : contracter un prêt au lieu de payer en espèces, générer des dépenses déductibles d’impôt en vous fournissant des réparations à la propriété, souscrire une assurance pour loyer impayé et choisir le plan. Le système dans lequel les taxes « réelles » ne sont pas appliquées par défaut est appelé « microfoncier ». Vous devez encore trouver un logement qui répond à vos exigences en matière de prix et d’emplacement.

Logement vide

Pensez aux maisons unifamiliales, qui sont idéales pour 80% de la population. Quel type de bien immobilier est votre objectif : grand appartement, studio, maison ? Le studio ne manque pas d’avantages : billets d’entrée abordables, forte demande locative et rentabilité élevée (HT 4% à 5%). Par contre, le locataire déménage et a peu d’intérêt dans l’entretien de la maison … attention au coût d’entretien ! Deux à trois chambres présentent moins d’inconvénients et sont généralement occupées par un couple dans les 3 à 5 ans. De plus, le loyer est partagé par deux personnes, ce qui minimise le risque de non-paiement.

Vous êtes intéressé par les grandes surfaces locatives ? Vous trouverez facilement des destinataires, notamment en centre-ville. Il est vrai que la rentabilité n’est pas étonnante (moins de 3% par an), mais comme les locataires (généralement des familles avec enfants) sont réticents à déménager, de bons taux d’occupation compensent cette faiblesse. Si vous avez le choix et préférez une maison, c’est l’habitat idéal pour 80% des Français. Autre investissement intéressant, mais peu de gens y pensent : une remise de 10 à 20 % sur les biens déjà occupés.

Logement meublé

Les loyers y sont de 15 à 20 % plus élevés et la fiscalité y est favorable. La location de propriétés comme résidence principale est populaire depuis plusieurs années. Compte tenu de ses avantages, rien n’est plus logique : les loyers augmentent de 15 à 20 %, le risque de défaut est réduit, et la fiscalité des loyers est très favorable (baisse annuelle des loyers de 70 %, soit une baisse de 70 %, ce qui signifie une réduction de 50%).

Par ailleurs, le bail de liquidité créé fin 2018 autorise désormais les propriétaires à réduire leur durée de location à 1 à 10 mois (jusqu’à présent, au moins 1 an) pour réduire les candidats à la recherche de toitures temporaires. , Comme lors de missions ou de formations.

Quant à la location au week-end ou à la semaine, il est décidément très rentable de se faire appeler “touristes” (on peut obtenir un retour de 15 %), et sa réglementation est durcie depuis 2 ans : dans les villes de 200 000 habitants et sur les trois départements limitrophes de Paris, il faut désormais obtenir l’agrément de la mairie de petite émission. Dans d’innombrables grandes villes, comme Paris ou Lyon, les amendes à payer peuvent dépasser 1 000 euros par mètre carré de loyer par meuble. Autrement dit, l’avenir de ce marché semble compromis. Les places de parking restent l’un des meilleurs plans d’investissement

Plan de financement

Acheter une maison à crédit est la solution la plus économique. Même si vous pouvez vous permettre de payer comptant, il est préférable d’emprunter de l’argent, surtout lorsque vous choisissez un régime réel pour déclarer vos revenus locatifs, car vous avez alors le droit de déduire les intérêts payés du loyer chaque année sans oublier l’assurance décès. Si vous souhaitez faire appel à un professionnel sur ce sujet, vous pouvez consulter le site : greenbull-campus. Il saura certainement vous aider dans ce domaine.

Ainsi, en prêtant 100 000 euros à un taux d’intérêt de 1,5% dans un délai de 15 ans, vous rembourserez 7 800 euros la première année, dont 1 820 euros d’intérêts déductibles. Il est vrai que ce montant sera réduit, tombant à 420 euros la quinzième année. Cependant, au final, si vous êtes imposé à un taux d’imposition de 30%, vous déduirez plus de 17 000 euros d’intérêts et générerez 8 100 euros d’avantages fiscaux (et sociaux). Par conséquent, l’opération vous coûtera 8 900 euros (17 000 à 8 100). Afin de le rendre attractif, nous supposons que les 100 000 euros, qui sont réservés lors du tirage de l’emprunt équivalent, doivent être investis sur le marché et générer au moins 8 900 euros de revenus d’ici 15 ans. Il suffit d’économiser 0,60% de l’investissement par an. Pas trop compliqué ! Travaux de réparation